N° 428 Semaine du
31 Mai Au 06 Juin 2014

Télécharger le Format PDF
________________________


        


Au détriment du transport collectif
Cela ne va pas fort entre les concessionnaires de voitures et l’Etat. Ils sont 120 concessionnaires à vouloir faire la loi et ne commercialiser que les véhicules dépourvus d’airbags et de système de freinage ABS, des normes scrupuleusement respectées en Europe. A l’évidence ce manque à gagner arrange fortement les affaires des lobbies de l’import qui, cédant leurs marchandises à des prix inférieurs brassent plus de clientèles. Cela fait donc plus de véhicules particuliers et donc plus de risques d’accidents et plus d’embouteillages dans une configuration routière qui, hormis l’autoroute est-ouest et quelques rocades, n’a pas réellement boosté l’état des axes des déplacements. Plus clairement, ce conflit entre lobbies des voitures et pouvoirs publics est une fausse querelle et à la limite, nous serions tentés d’écrire que c’est là une diversion pour masquer les véritables défis du transport en Algérie. Nous le constatons de visu, l’importation massive de véhicules particuliers n’a aucunement résolu le problème du déplacement des populations et elle a au contraire contribué à étouffer les itinéraires. Toutes les heures sont des heures de pointe et il faut compter deux heures pleines pour traverser l’autoroute Alger- Zéralda et parfois plus s’il y a des travaux ou un accident. L’ex-wali d’Alger a eu l’idée saugrenue d’organiser le covoiturage en traçant une ligne bleue limitant le couloir destiné exclusivement à cette innovation avortée avant que d’être. Parce qu’elle ne fait pas partie de nos traditions et connaissant [suite...]

___________________________




Le retour du bipolarisme
A tous ceux qui ont été prompts à voir dans le Mouvement des Non-Alignés, le caprice d’une nostalgie dépassée à peine servant à bercer les illusions de grandeur des années soixante-dix quand l’Algérie avait une place de choix dans le concert des nations, il convient quand même d’apporter non pas la contradiction mais quelques correctifs. D’abord l’unipolarité longtemps imposée par les Etats- Unis depuis la chute du mur de Berlin, n’est plus de mise et depuis la Chine «s’est éveillée» pour reprendre la formule célèbre d’un intellectuel français (Alain Peyrefitte) et la Russie a réussi à sortir de la mélasse dans laquelle l’ont laissée Gorbatchev et Eltsine, principaux fossoyeurs du bloc de l’Est. Aujourd’hui, il faut reconnaître qu’elle a son mot à dire au point de faire tergiverser M.Obama qui s’est contenté de menaces à peine prises au sérieux au sujet de la Syrie, notamment, et de l’Ukraine. Il y a une quinzaine d’années, George Bush se serait rué sur la Syrie et lui aurait réglé son compte en quelques semaines, laissant une guerre civile sur un champ de ruines comme en Irak. Sauf que Obama sait qu’il ne peut engager ses troupes dans une telle expédition qui tournerait au désastre parce que la Russie de Poutine a repris du poil de la bête et que la Chine a son mot à dire, le tout sur fond de ressources naturelles à contrôler - d’où, soit dit en passant, cette mascarade de Boko Haram qui enlève des lycéennes pour réaliser un coup médiatique alors que l’enjeu principal reste le contrôle du pétrole nigérian. Pour dire que l’histoire semble avoir repris le cours qu’elle a cru laisser dans les années quatre-vingt dans l’enthousiasme général du libéralisme avant de se rendre compte qu’en définitive, la fracture est plus grande entre les détenteurs du capital financier et les très nombreuses «masses déshéritées» pour reprendre l’expression chère à un philosophe qui revient à la mode. Comme les Non- Alignés.

K.A.

___________________________



IMMOBILIER, PRODUITS ALIMENTAIRES,BIENS D’EQUIPEMENT ET LOISIRS HORS DE PRIX

Alger, une ville trop chère

Affirmer qu’Alger est une ville chère relève de la lapalissade. La capitale est, en effet, classée troisième cité la plus onéreuse dans le Monde arabe, et cinquième en Afrique. Aucun aspect de la vie quotidienne n’échappe à ce constat. De la facture de l’électricité aux frais de nourriture, en passant par le prix du loyer et ceux des loisirs - quand ceux-ci existent -, le salaire du citoyen lambda paraît dérisoire, voire tout bonnement ridicule. Déstabilisés par cet état de fait, de nombreux habitants d’El Bahdja recourent, quelquefois, aux procédés les plus invraisemblables pour assurer leur survie. Le commerce informel, la mendicité, le trafic et la consommation de drogue, l’insécurité sous toutes ses déclinaisons peuvent, dès lors, prospérer.


[Lire la suite...]

......................................................................................................................................
BACCALAURÉAT

Un diplôme social

Ce dimanche ils seront très nombreux à prendre le chemin des centres pour y passer le plus prestigieux des examens : le baccalauréat. Plus qu’un diplôme sanctionnant la fin du cycle secondaire, le Bac est surtout un symbole social, la clé tant espérée pour un sauvetage, qui malgré sa dépréciation, n’en demeure pas moins important pour les familles. Seul le Bac suscite les youyous des mères, auquel la licence et même le doctorat ne font pas de l’ombre.

......................................................................................................................................
ILS ONT SUSCITÉ L’IRE DES RÉSIDENTS ET DES COMMERÇANTS

Des parcmètres à la rue Larbi-Ben-M’Hidi

Avant même qu’ils ne soient fonctionnels, les parcmètres installés rue Larbi-Ben-M’Hidi ont été contestés par les résidents et les commerçants, qui réclament le droit au stationnement gratuit. Le maire d’Alger-Centre ne l’entend pas de cette oreille et affirme vouloir redynamiser les activités commerciales dans sa commune. Pour cela, il compte fluidifier le stationnement en pratiquant des tarifs graduels : les deux premières heures seront facturées à 30 dinars mais au-delà, il y aura une forte hausse

......................................................................................................................................
BIDONVILLES D’OUED KOREICHE

L’APC opte pour une éradication par «phases»

A Oued Koreiche, le ton est désormais à l’optimisme au sujet de la lutte contre le fléau des habitations précaires sur le territoire de cette commune du centre-ville de la capitale, créée en 1984 et coincée entre Bab El Oued, la Casbah, El Biar et Bouzaréah.

......................................................................................................................................
LUCETTE HADJ ALI

Parcours d’une grande moudjahida

C’est une grande dame qui s’en est allée le 27 mai 2014, à l’âge de 94 ans. Lucette Hadj Ali était une militante de la cause algérienne pendant la guerre de libérationtion. Son parcours mérite d’être connu par la jeune génération. Pour l’exemple, mais aussi pour l’Histoire.

......................................................................................................................................
RÉTRO-MONDIAL

1962 : le Brésil toujours au sommet

En attendant le coup d'envoi de la Coupe du monde, voici un grand moment de cette compétition planètaire : Chili 1962. Tenants du titre, les Brésiliens réalisent le doublé au cours d'une édition restée dans l'histoire comme celle qui aura marqué les débuts de la violence dans le jeu.

......................................................................................................................................
TIC ET VEILLE STRATÉGIQUE

Le chemin de croix des PME

Les chefs d'entreprise ne sont toujours pas accros à l'utilisation d’internet malgré les recommandations faites par les spécialistes à destination des PME afin de ne plus être à la traîne dans ce domaine. Les multiples avantages offerts par les TIC sont décrits par les spécialistes, notamment lorsqu'il s'agit de procéder à la veille stratégique.

......................................................................................................................................

ALGER HEBDO
1, rue Bachir Attar Alger - 1er Mai - Alger
Tél/Fax 021 66 17 91 / 021 65 47 22   E-mail : contact@algerhebdo.com